L’imprimante alimentaire 3D

On nous a parlé pendant longtemps de la révolution future des imprimantes 3D dans notre quotidien. Il est aujourd’hui facile d’acheter et d’utiliser une imprimante 3D. On en trouve pour quelques centaines euros sur internet. Cependant, cela n’a pas révolutionné notre quotidien.

Les matériaux avec lesquels il est possible d’imprimer sont de plus en plus variés et les imprimantes 3D sont utilisés dans de plus en plus d’industrie, même dans l’aérospatiale pour créer des fusées. C’est maintenant au tour de l’industrie alimentaire. Aurez-vous dans quelques années une imprimante alimentaire 3D dans votre cuisine et qui cuisinera à votre place ?

 

Comment fonctionne une imprimante alimentaire 3D ?

L’idée d’imprimer des aliments vient de la NASA. En 2006, elle a lancé un projet pour imprimer des pizzas sur la station spatiale internationale. Cela avait pour but de donner plus de choix aux astronautes au moment de sélectionner leurs repas. Car dans l’espace, il est difficile de cuisiner !

L’imprimante 3D alimentaire fonctionne comme toutes les autres imprimantes 3D. Elle permet de créer des objets en trois dimensions en déposant des couches de matériaux les unes sur les autres. C’est un procédé d’extrusion qui est à l’opposé du procédé utiliser lorsque vous faites des moules. L’impression 3D permet de réaliser des formes qui sont difficilement réalisables avec d’autres outils. C’est bien sûr également le cas avec les imprimantes alimentaires.

Actuellement, les imprimantes alimentaires peuvent imprimer avec du chocolat, de la pâte, du fromage ou encore de la purée de viande. Cependant ces ingrédients ont été modifiés pour pouvoir être utilisé dans les imprimantes. Pour pouvoir être utilisé avec une imprimante 3D, un matériau doit avoir une certaine consistance et certaines propriétés qui vont lui permettre de sortir facilement de la tête d’impression. L’élément doit aussi garder sa forme après avoir été déposé.

Les objets créés vont pouvoir être mangés immédiatement ou devront être passés au four, selon les ingrédients qui ont été utilisés. Le nombre d’ingrédient utilisable est limité pour le moment mais devrait augmenter au fil du temps.

 

Pourquoi est-ce révolutionnaire ?

Que ce soit dans une cuisine personnelle ou pour les professionnels de la restauration, les imprimantes 3D vont apporter de nombreux bénéfices lorsqu’ils pourront imprimer avec plus d’ingrédients. Mais même aujourd’hui, certains restaurants les utilisent déjà. Que ce soit pour réaliser des desserts ou même pour réaliser des pizzas entièrement faites par des robots. Même si ce n’est pas toujours un succès. Par exemple, la compagnie Californienne Zume qui livrait des pizzas fabriquées par des robots et cuits durant la livraison a fermé ses portes.

 

L’impression d’aliments réduit les déchets alimentaires

L’imprimante va utiliser uniquement la quantité d’ingrédients dont elle a besoin pour réaliser la forme demandée. Les cuisines traditionnelles vont produire une grande quantité de déchets que ce soit à cause d’une surproduction ou simplement parce que le cuisinier ne va pas utiliser certaines parties des ingrédients avant de les cuire (la peau des fruits, les coquilles…).

Avec une imprimante culinaire 3D, il est possible d’intégrer par exemple les épluchures de fruits dans la patte qui sera utilisée dans l’imprimante.

 

De nouvelles idées de design pour les créations culinaires

Les idées de création deviennent infinies. Il suffit de créer un fichier 3D de la création que vous souhaitez et choisir les différents ingrédients présents dans l’imprimante pour chaque partie du design. Vous n’aurez pas besoin de créer une dizaine de moules et vous pourrez faire des pièces de toutes tailles.

Vous pourrez aussi créer facilement des pièces personnalisées. Par exemple pour un gâteau d’anniversaire, il est possible d’imprimer des objets en fonction des hobbies et des gouts de chaque clients. Pour les clients professionels, vous pourrez très bien réutiliser un design existant y ajouter simplement le logo de l’entreprise imprimé en 3D.

 

Gagner du temps pour les tâches répétitives

Les imprimantes peuvent fonctionner toute seule. Vous avez juste à les programmer et elles produiront la quantité d’objets que vous souhaitez. Vous pouvez donc facilement les incorporer dans vos étapes de création et de production culinaire.

De plus, vous n’aurez pas besoin de créer en avance de grandes quantités, vous pourrez imprimer tous les jours ce dont vous avez besoin. Cela vous permettra de mieux organiser vos stocks.

 

Les limites de l’impression 3D pour la cuisine

 

La limite des impressions

Pour le moment, assez peu d’ingrédients sont utilisables pour les créations. Les ingrédients utilisés doivent être liquide et compacts à la fois. Cela limite donc les saveurs et les créations qui peuvent être faites avec ce processus.

Aussi, dans la plupart des cas, il faut réaliser des finitions après impression. Il faut tout d’abord retirer les surplus de matériaux qui sont inhérents à l’impression 3D. Vous voudrez aussi sans doute rajouter certains ingrédients que l’imprimante n’a pas pu imprimer sur la composition.

Enfin, l’imprimante ne va pas cuire votre création il faudra le faire par vous-même.

 

La création de fichier 3D

Il existe une limitation liée à leur facilité d’utilisation. Vous avez besoin d’un ordinateur et de connaissances pour manipuler et créer des fichiers 3D. Pour utiliser une imprimante culinaire il faudra donc une formation plus ou moins longue, d’autant plus que des fichiers 3D créés pour d’autres types d’impression ne fonctionneront pas toujours pour une impression culinaire.

 

La vitesse et taille d’impression

Une fois le modèle créé, l’impression se fait toute seule mais elle est souvent très longue. L’imprimante 3D vous donne la possibilité de vous concentrer sur d’autres tâches, mais va-t-elle aller aussi vite pour suivre le rythme effréné de votre cuisine ?

Il sera ainsi sans doute nécessaire de réorganiser le fonctionnement de la cuisine et par exemple de lancer des impressions la nuit.
Vos créations seront aussi limités par la surface d’impression de l’imprimante. Car faire plusieurs parties et les rattacher par la suite n’est pas une solution toujours viable et elle prend du temps.

 

Le prix de ces imprimantes

Pour le moment, les imprimantes sont limitées et coûtent relativement cher entre 2000 et 5 000 € pour les quelques modèles existants. Et comme elles restent limitées sur ce qu’elles peuvent produire, il peut parfois être compliqué de les rentabiliser rapidement.

 

Quand va-t-on réellement assister à la révolution des imprimantes alimentaires 3D ?

 

 

Partout dans le monde, de nombreuses start-up travaillent sur des technologies d’impression alimentaire. Ces sociétés travaillent majoritairement sur des produits destinés aux professionnels. Par exemple la start-up française 3 desserts graphiques dans la région de Lyon, a créé une machine nommée « l’impressionnante’. Elle permet d’imprimer sur des décors et sur des desserts des sculptures à l’aide d’une poche à douille. Les clients sont essentiellement les pâtissiers, les chocolatiers mais aussi l’industrie agroalimentaire.

 

Ne pas confondre l’imprimante alimentaire 3D avec l’impression alimentaire classique

Il ne faut pas confondre les imprimantes 3D alimentaires avec les imprimantes alimentaires 2D qui permettent d’imprimer des images sur des gâteaux ou des créations de pâtisserie. Ces imprimantes alimentaires 2D fonctionnent comme des imprimantes classiques et utilise des encres colorées comestibles pour imprimer sur des feuilles A4 en sucre.